Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

L'UCR-CGTR DÉNONCE LES ATTAQUES DE HOLLANDE

ET DE SON GOUVERNEMENT CONTRE LES SALARIÉS, LES RETRAITÉS ET LES CHÔMEURS ET SA POLIQUE

UNIQUEMENT FAVORABLE AUX INTÉRÊTS DU GRAND PATRONAT

Trois ans après le retour de la gauche aux affaires, l'Union Confédérale des Retraités CGTR constate que la politique menée par le gouvernement se fait toujours au bénéfice du grand patronat.

Les aides en sa faveur se comptent en dizaines de milliards alors que le gouvernement impose austérité et remise en cause de leurs droits et de leurs acquis aux travailleurs, aux retraités et aux chômeurs.

La droite avec Balladur, Juppé et Sarkozy, avait fait reculer l'âge de la retraite de 60 ans à 62 ans. Elle avait décidé de porter le nombre d'annuités nécessaires pour avoir une retraite pleine de 37,5 années à 42. Elle avait au travers de ses réformes successives imposé aussi que le calcul de la retraite ne se ferait plus sur les 10 meilleures années, mais sur les 25 meilleures années, imposant ainsi aux retraités une baisse de 30 % de leur pension.

Le Parti socialiste a continué la même politique que la droite. Il ne l'a pas remise en cause, à aucun moment.

Dernièrement, le ministre du Travail, Rebsamen, envoyé en reconnaissance par ses mentors que son Hollande et le Médef, a lancé l'idée de reculer encore l'âge de la retraite de deux ans pour le porter à 64 ans. Hollande a fait mine de se récrier et de se désolidariser de cette suggestion, jusqu'à la prochaine occasion...

La droite, voyant le PS appliquer sa politique qui la discrédite auprès des travailleurs, surenchérit encore en réclamant, avec le patronat et le Front national, encore plus de cadeaux pour le patronat et pour ce qui concerne l'âge de la retraite que celui-ci soit porté à 65 ans.

Tous ces « élus du peuple » nous expliquent qu'on ne peut faire autrement, que le nombre des cotisants n'est plus suffisant pour payer les retraites et qu'il faut donc accorder la retraite toujours plus tard, mais aussi réduire le pouvoir d'achat des retraités.

Pas question pour eux d'interdire les licenciements dans les entreprises qui font du profit par exemple ! Pas question de s'en prendre aux patrons, non ils choisissent de s'en prendre aux travailleurs et aux plus démunis.

Les retraites qui devaient être revalorisées en avril 2014 ne l'ont pas été. Le gouvernement avait décidé dans un premier temps de reporter leur augmentation en octobre 2014, puis il a restreint cette dernière décision aux « petites retraites », pour décider finalement que toutes les retraites, mêmes les plus misérables, n'avaient pas besoin d'être augmentées et qu'elles ne le seraient qu'en octobre 2015.

A cela s'ajoute la remise en cause des retraites complémentaires, la fiscalisation de la bonification des retraites pour les familles ayant élevé trois enfants et plus.

Toutes ces mesures vont se traduire pour des millions de retraités par une nouvelle perte sèche de leur pouvoir d'achat.

L'UCR CGTR affirme que l'argent nécessaire à la satisfaction des besoins sociaux existe, il se trouve dans les coffres forts des banques, des entreprises, à commencer par les plus grosses. Pour enrayer les reculs sociaux que gouvernement et Médef veulent imposer à la classe ouvrière, il faut aller le chercher là où il est.

CE QUE NOUS VOULONS :

L'UCR CGTR exige du gouvernement qu'il mette un terme à sa politique de régression sociale.

Pour cela :

L'UCR-CGTR exige une revalorisation conséquente des retraites avec effet rétroactif au 1er avril 2014, avec un minimum retraite porté au niveau du SMIC et un SMIC porté à 1700 €.

L'UCR-CGTR exige le retour à la retraite à 60 ans et aux 37,5 années de cotisation pour une retraite pleine.

L'UCR-CGTR exige le retour aux 3,8 % de cotisation sociale sur les retraites.

L'UCR milite pour que les caisses de retraites, de base comme complémentaire, soient renflouées en prenant sur les bénéfices des capitalistes.

L'UCR-CGTR exige que soit mis un terme au recouvrement de l'Allocation supplémentaire versée aux retraités sur la succession de l'allocataire.

C'est pourquoi, l'UCR-CGTR participera à la mobilisation appelée par l'intersyndicale le 9 avril.

Elle appelle les retraités à se mobiliser ce jour-là pour exiger leur dû aux côtés des salariés.

Non à la régression sociale! Oui au progrès social !

Pour l'UCR-CGTR,

Roger ALAGAMA et Didier LOMBARD

Commenter cet article