Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Bulletin URE CGTR du 26 janvier 2016

LE 26 JANVIER, GRÈVE DANS TOUTE LA FONCTION PUBLIQUE

Ce mardi 26 janvier trois syndicats, la CGT, FO et Soldaires appellent les 5,6 millions d'agents de la Fonction Publique (d'Etat, hospitalière et territoriale) à la grève pour la revalorisation du point d'indice. En effet, celui-ci a été gelé depuis 2010 à l'initiative de Sarkozy et de son gouvernement. Il n'a pas été augmenté depuis. Or les salaires des fonctionnaires sont calculés à partir de ce point d'indice, commun à tous les fonctionnaires, multiplié par l'indice majoré qui correspond à la position du salarié dans la grille. A cause de cela les fonctionnaires ont perdu 8 % de leur pouvoir d'achat.

Autre revendication : l'embauche des fonctionnaires. Non seulement elle est au point mort, mais la Fonction publique a perdu 150 000 emplois, en particulier depuis que Sarkozy a décidé de ne pas remplacer un départ à la retraite sur deux. L'embauche de quelques milliers d'agents supplémentaires dans l'Education nationale et dernièrement dans la police sont loin d'avoir compensé cette diminution drastique des effectifs.

Les fonctionnaires font partie de la classe ouvrière. Leur source de revenu est leur salaire et celui-ci doit suivre le coût de la vie. Leurs conditions de travail doivent être adaptées aux missions que leur confient État, hôpitaux ou communes. On est loin du compte.

Ces travailleurs paient, comme ceux du privé, la gestion capitaliste de la société. Depuis des années les gouvernements successifs utilisent les deniers de l'État à subventionner les patrons à coups de milliards, à fonds perdus. Ces milliards, l'État les a retirés des services publics. Ils manquent à l'appel pour payer les fonctionnaires et offrir un service public de qualité la population.

Les fonctionnaires, par leur grève, veulent récupérer leur dû. Ils ont raison. Et ils doivent être soutenus par tous les autres travailleurs.

AGENTS ET USAGERS, TOUS UNIS CONTRE L'AUSTÉRITÉ !

Que ce soit dans les bureaux du Trésor public ou dans ceux de la préfectures ou des sous-préfectures, les files d'attente sont souvent longues pour des démarches administratives indispensables (paiement des impôts, délivrance de papiers d'identité, de visas ou de passeports).

Au Trésor public, nos camarades CGTR manifestent régulièrement depuis des années pour dénoncer auprès de la population le manque d'effectifs criants qui, de surcroit, peut créer de forts désagréments aux contribuables en cas de retard de paiement...

Dans les préfectures, le ministère de l'Intérieur annonce un plan de suppression d'emplois (2000) en instaurant la télé-transmission des documents administratifs (quelle solution a-t-il prévue pour les personnes ne disposant pas d' internet ou pour les 100 000 illettrés de la Réunion ?) et en supprimant les accueils en sous-préfecture.

Dans certains hôpitaux publics, on ferme des ailes entières, des services spécialisés. Des maternités ferment aussi au prétexte qu'on ne fait pas assez d'accouchements obligeant les femmes à faire de longs trajet pour accoucher.

Longue serait la liste d' exemples des conséquences calamiteuses de cette politique d'économies dans le domaine social. Et pendant ce temps, des dizaines de milliers de jeunes, souvent bardés de diplômes, de trouvent pas à exercer leurs compétences et sont condamnés au chômage.

Cela suffit ! L'argent public doit servir pour les services publics. Il doit servir à embaucher !

L'IFCASS À NOUVEAU EN DANGER

À Dieppe, les salariés de l'IFCASS soutenus par les stagiaires dont ils ont la charge ont à nouveau manifesté pour que l'État donne les moyens financiers suffisants pour permettre à leur centre de formation aux carrières administratives sociales et sanitaires de continuer à fonctionner. Rappelons que ce centre est le seul à accueillir des centaines de jeunes des DOM pour suivre ces formations dans de bonnes conditions (prise en charge du logement, de la nourriture par la structure, assurance de trouver un travail à l'issue des études).

Malgré ses bons résultats, l'IFCASS est menacée de fermeture depuis 2010 parce que l'État se désengage financièrement. Le ministère des Affaires sociales vient ainsi de lui retirer une subvention d' 1,1 million d'euros, remplacé in extremis par une « rallonge » suite à cette dernière mobilisation du personnel et sa menace d'aller manifester devant Matignon !

Et tout cela n'empêche pas Hollande d'annoncer un déploiement jamais vu de moyens supplémentaires pour la formation des jeunes. Tu parles !

GRÈVE AU GARAGE POINAMA DE SAINT ANDRÉ

Ce matin, les ouvriers du garage Poinama de Saint André ont démarré une grève. Ils ont remis leur cahier de revendications à leur patron.

En fait celui-ci est au courant de leurs doléances depuis bien longtemps, mais il fait la sourde oreille. Alors nos camarades ont décidé de passer à l'action.

Ce qu'ils veulent, c'est :

1/Le respect du personnel

2/ Une classification des postes de travail tenant compte des tâches et des compétences des ouvriers

3/ Le paiement du treizième mois

4/ Le paiement de l’indemnité de l’entretien de leur tenue de travail conformément à la législation

5 / Le rappel de la prime Cospar non payée.

L'Union Régionale Est de la CGTR est entièrement solidaire de leur combat et les soutiendra jusqu'à ce qu'ils obtiennent satisfaction.

FREEDOM : LA “LIBERTÉ”... DE LICENCIER ?

En quelques mois, c'est le deuxième licenciement à radio Freedom; Après Fredo Rivière, c'est le tour maintenant d' une journaliste, Maryline Dansi. Celle-ci est accusée d'avoir dépassé les temps demandés par la direction pour ses reportages.

En fait, cette salariée avait préalablement réclamé à la direction de Freedom le paiement de ses heures supplémentaires et de ses heures de nuit. Confrontée au refus de la direction de lui payer son dû, elle avait décidé de porter l'affaire devant les Prud'hommes. Ce qui n'a pas eu l'heur de plaire aux patrons de Freedom qui l'ont placée en mise à pied conservatoire et ont engagé contre elle une procédure de licenciement.

Eh oui à Freedom on peut parler de tout et de rien, mais surtout pas la ramener pour faire payer le Boss !

POMPIERS EN COLÈRE

Les pompiers de Saint Paul ont manifesté leur colère lundi 25 janvier suite à l'annonce par leur direction que deux d'entre eux, chargés d'intervenir sur les incendies, seraient mutés au standard.

Cette décision si elle était maintenue mettrait leurs camarades de garde en danger, car ils se retrouveraient à devoir intervenir seuls sur des sinistres la nuit.

Si quelqu'un doit être muté de son poste, c'est bien le responsable qui a pris cette décision insensée.

Les pompiers de Saint Paul ont réagi au quart de tour devant cette menace. Ils ont bien fait. Espérons que leur réaction fera revenir leur direction sur sa décision.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Militant actif 03/05/2016 07:06

Maryline Dansi est une personne ingérable qui manque sérieusement de rigueur et de professionnalisme - personne à l'égo surdimensionné, sa mise à pied est pour elle tout simplement inacceptable - Pour elle, Camille Sudre doit payer - Il est toujours regrettable de voir certaines personnes militer ou utiliser les syndicats une fois en conflit avec leurs employeurs - cette "journaliste" ne pense qu'à elle et à faire banquer Freedom au détriment d'autres confrères qui ont un sens du travail plus sérieux - ce n'est pas la première fois que cette personne fout la merde là où elle passe - si Freedom est condamné, ces indemnités seront prises sur les primes de fins d'année au détriment d'autres membres du personnel qui n'ont pas forcement des salaires élevés !