Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Bulletin de l'URE CGTR du 1er mars 2016

LE GOUVERNEMENT ET LE PATRONAT DOIVENT RECULER !

Le gouvernement a décidé de reporter la présentation du projet de loi « El Khomri » prévue le 9 mars au 24 mars.

Quelles qu’en soient les raisons, les travailleurs, les chômeurs, les retraités, les jeunes doivent profiter de ce report de quinze jours pour préparer une mobilisation d’ampleur fin mars à l'appel de la CGT et de la CGTR dans le but d’obliger le gouvernement à remballer son projet de loi de démolition du Code du travail.

Cette loi, si elle passe, donnera un peu plus de liberté aux patrons pour faire travailler les salariés 12 h par jour et à 48 h par semaine par accord d'entreprise. Et avec accord de l’inspecteur du travail, la durée du travail pourrait même aller jusqu’à 60 h. Les heures supplémentaires seront de moins en moins payées puisque la majoration légale descendrait à 10 % et puisqu’il deviendrait possible de les comptabiliser sur une, deux, voire trois années.

Sous prétexte de manque de compétitivité ou de baisses de commandes, les entreprises pourront licencier sans entraves. Les patrons licencieront plus aisément d'autant que les indemnités prud'homales seront plafonnées.

Où est donc la « sécurité » pour les travailleurs dont parle le gouvernement ?

Et ce n’est sûrement pas en réduisant les allocations chômage que le gouvernement « sécurisera » les salariés alors qu’il y a six millions de chômeurs en France !

Le gouvernement se moque des salariés comme des chômeurs. La seule chose qu’il « sécurise », c’est le grand patronat, ses profits et son pouvoir sur les travailleurs.

En donnant la possibilité aux accords d’entreprise de fixer des droits inférieurs à la loi, le projet sonne la fin de la loi valable pour tous les travailleurs et ouvre les portes à la généralisation du chantage patronal. Et tout est prévu ! Si les syndicats refusaient d’exaucer les quatre volontés patronales, il y aura… le référendum d’entreprise.

Certains syndicats de salariés appellent de leurs vœux cette mesure en prétendant qu'il s’agit de « démocratie ». Les salariés, les militants qui sont victimes de pressions, voire de répressions patronales peuvent en dire long sur cette « démocratie » dans les entreprises ! Les référendums ne sont pas envisagés pour demander l’avis des salariés sur les cadences ou les augmentations de salaires. Ils sont utilisés pour faire du chantage aux licenciements et pour forcer les salariés à abandonner le peu de droits qu’il leur reste.

Le gouvernement se moque des salariés comme des chômeurs. La seule chose qu’il « sécurise », c’est le grand patronat, ses profits et son pouvoir sur les travailleurs.

Alors, il n'y a rien à espérer de cette loi, si ce n'est qu'elle fasse exploser la colère du monde du travail et débouche sur une mobilisation à la hauteur de la provocation.

FONDS FEADER : SUIVEZ LE GUIDE !

Aussi bien à travers presse que sur son site internet, la Région Réunion fait une grande publicité pour le nouveau programme des fonds européens (Feder 2014-2020).

L’enveloppe qui se chiffre à 1,130 milliard d’euros pour toute la période de six ans vise à « améliorer la compétitivité de l’économie réunionnaise », autrement dit la distribution de cadeaux par millions aux entreprises de la Réunion.

Entre 2007 et 2013, la plupart des gros capitalistes ont puisé abondamment dans ces fonds de l’Europe, du BTP aux entreprises de collectes de déchets en passant par l’hôtellerie ou les industries agroalimentaires : Bourbon plastique, La Star, Royal Bourbon, Les Brasseries de Bourbon et bien d’autres ont ainsi mangé dans la gamelle. À ces aides de l’Europe viennent s’ajouter des compléments de l’État, de la Région, du Département.

Pour faciliter les démarches des entreprises, la Région a mis en place des « guichets thématiques », de peur sans doute que certaines entreprises passent à côté des aides qui leur sont offertes sur un plateau sans aucune contrepartie d’ailleurs.

Depuis de années l’Europe, l’État et les collectivités locales drainent des milliards d’argent public dans les poches des capitalistes afin de grossir leurs profits.

À la CGTR nous pensons que tout cet argent serait bien plus utile à la création d’écoles, de logements, d’hôpitaux, etc. qui sont aujourd’hui en nombre insuffisant pour satisfaire les besoins de la population.

DIDIER ROBERT AUSSI AIME LES PATRONS

Le président de Région UMP Didier Robert a rencontré le premier ministre Valls à Matignon le 15 février dernier.

Robert qui veut faire une « révolution sociale et fiscale » à la Réunion a proposé à Valls de faire une loi avant la fin de cette année pour diminuer par deux les charges sociales pour toutes les entreprises réunionnaises et un niveau de l’impôt ramené à 15% pour tous les secteurs.

Quand un défenseur des patrons rencontre un plus grand, ils ne peuvent que bien s’entendre pour servir ceux-ci !

CAMPAGNE SUCRIÈRE 2015 : LES USINIERS SE FROTTENT LES MAINS

La campagne sucrière 2015 a été bonne pour Téréos qui a réceptionné dans ses deux usines de Bois Rouge et du Gol 1, 896 MT de cannes, en hausse par rapport à 2014 et à la moyenne décennale.

Qui dit hausse de la production dit hausse des profits…mais seulement pour les actionnaires.

Les ouvriers agricoles et d’usines sans qui il n’y aurait ni sucre ni alcool, n’ont pas touché un centime de plus sur leur paye. Pire, les ouvriers de Bois Rouge ont vu leur « prime d’intéressement » baissée pour la deuxième année consécutive. La cause serait due à un important « écart technique » cette année encore.

Le véritable écart visible c’est celui qui grandit entre les patrons de Téreos qui s’enrichissent de plus en plus et les travailleurs qui s’appauvrissent !

LE 8 MARS, VENEZ DÉBATTRE À l'UNION SUR LA JOURNÉE DE LA FEMME

À l'occasion de la journée de la femme, et sur l'invitation de l'Union Régionale Est, Leatitia Boqui-Queni, enseignante à Saint Benoît, animera un exposé le 8 mars à partir de 18h15 à notre local syndical.

Notre intervenante fera un rappel de l’origine ouvrière du 8 mars, un rappel « conceptuel sur l’égalité, le patriarcat, le sexisme », un « petit historique » des principales luttes des femmes d’hier à aujourd’hui, des luttes syndicales et du féminisme.

Une partie de son intervention sera réservée aux femmes à la Réunion et traitera de :

- Généalogie des luttes des femmes à La Réunion

- Violences sexuelles sur l’île -et dans l’Océan Indien.

Soyez nombreuses(x) à venir participer à cet échange.

Commenter cet article