Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18H00 à 19H30, l’Union Régionale Est CGTR organise dans son local une réunion d’information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez  nombreux !

Chaque mardi, de 18H00 à 19H30, l’Union Régionale Est CGTR organise dans son local une réunion d’information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

COMMUNIQUÉ DE L’INTERSYNDICALE POUR LA JOURNÉE DE MOBILISATION DU 15 SEPTEMBRE

L'intersyndicale CGTR, FO, FSU, SOLIDAIRE, UNEF appelle à une journée de mobilisation le jeudi 15 septembre pour l'abrogation de la loi dite "EL'KHOMRI".

Deux rassemblements seront organisés, un à Saint Pierre et un à Saint Denis.

Une conférence de presse se tiendra le jeudi 07 septembre 2016 au siège de la CGTR pour exposer la nécessité de continuer la lutte contre les attaques portées contre les travailleurs à travers cette loi et les actions prévues pour cette journée de mobilisation.

SUITE DE LA GRÈVE DU BTP 5 MILITANTS SYNDICAUX INQUIÉTÉS PAR LE PATRONAT

Trois patrons du BTP des entreprises Société Réunionnaise de Concassage, Sita Gérard Matériaux Construction de Saint Pierre et Préfabéton d’Etang Salé viennent d’assigner quatre responsables syndicaux de la CGTR BTP et un de la CFDT devant le TGI de Saint Pierre pour avoir bloqué leurs entreprises avec plusieurs dizaines de grévistes lors du mouvement sur les salaires d’avril 2016 et leur avoir fait perdre plusieurs journées de production.

Ces patrons demandent au tribunal de condamner solidairement ces quatre camarades à leur verser la somme de 137 461 euros.

Une fois de plus, ce patronat qui, faut-il le rappeler s’enrichit grâce à la commande publique pour 80 % de ses activités, bénéficie des largesses de l’Etat avec les exonérations de charges sociales et le CICE, et qui lors des dernières NAO ne voulait pas lâcher un euro sur les salaires pour 2016, tente de se venger en prenant en otage cinq militants ouvriers et de frapper les organisations syndicales de travailleurs au porte monnaie pour les affaiblir.

Bas les pattes devant ces camarades ! Refusons de voir criminaliser l’action syndicale ! Dans l’attente des propositions d’action que ne manqueront pas d’avancer la CGTR et la CFDT du BTP, l’Union Régionale Est tient à dénoncer cette tentative d’intimidation de nos militants et se déclare entièrement solidaires d’eux.

NON AUX LICENCIEMENTS SUR LA NRL !

La fédération CGTR BTP a dénoncé dans une conférence de presse la décision du groupement d’entreprises chargé de la construction de la Nouvelle Route du Littoral de licencier plusieurs travailleurs. Le déroulement normal du chantier a en effet été perturbé par la rupture d’approvisionnement de celui-ci en roches massives.

Mais en quoi ces ouvriers qui ont pris la peine de se former aux différents métiers exercés sur ce chantier sont-ils responsables de cette situation ? Seules les entreprises GTOI, SBTPC et Eiffage, ainsi que leur donneur d’ordres, la Région, devraient être inquiétés. Ces entreprises capitalistes vont se partager a minima 1,6 milliards d’euros avec cette réalisation routière. Un tel chantier se devait d’être préparé dans les moindres détails et en particulier son approvisionnement en matériaux divers.

Les patrons du BTP et les politiques à leur service nous ont assez seriné ces dernières années que la NRL était une chance pour l’emploi à la Réunion. Les 7 ouvriers abusivement licenciés doivent être immédiatement réintégrés dans leurs entreprises et leurs salaires maintenus jusqu’à ce que le chantier reprenne normalement.

eRcane : LA HARGNE ANTI CGTR DE LA DIRECTION

Il y a un an, la direction d’eRcane se voyait refuser le licenciement du délégué CGTR par l’Inspection du Travail qui exigeait que ce dernier soit déplacé sur un poste de travail où il ne serait plus en contact avec un certain chef d’équipe et à proximité du site de la Mare à Sainte Marie où il exerçait jusqu’à présent.

Après avoir lanterné notre camarade pendant des mois, la direction d’eRcane lui a proposé un poste d’ouvrier agricole… dans les hauts de Saint Paul ! Celui-ci lui a répondu qu’il accepterait à condition de disposer d’un véhicule de service et que son temps de transport soit décompté de son temps de travail. La direction a refusé d’accepter ses conditions.

Elle le convoque à présent pour envisager une rupture de son contrat de travail pour inaptitude !

Cela fait des années qu’eRcane veut se débarrasser de ce camarade qui se bat pour que justice soit rendue aux ouvriers agricoles exploités par cette entreprise appartenant au groupe Tereos. Elle a mobilisé tous ces chefs pour le provoquer, tenté de l’isoler parmi le personnel. Malgré toutes ces manœuvres, elle n’est pas parvenue à ses fins. La CGTR dénonce ces atteintes au droit syndical. Elle se tiendra toujours aux côtés de ce militant pour qu’il garde son emploi et puisse continuer à mener la lutte dans son entreprise.

GHER : ENCORE DES EMPLOIS SUPPRIMÉS

Dans un courrier adressé à la direction du GHER, la CGTR dénonce la baisse du taux d’occupation des lits et des salles de blocs opératoires de l’hôpital depuis un an. Cette baisse de fréquentation du service opératoire serait dû au fait que les médecins libéraux enverraient moins leurs patients se faire opérer au GHER pour privilégier d’autres hôpitaux ou cliniques.

Ainsi les représentants de notre syndicat au GHER relèvent que « Ce dernier vendredi (26 août), il n’y avait absolument aucun programme opératoire pour les chirurgiens de l’établissement. Seules 2 salles (chirurgie esthétique et endoscopie digestive) tournaient. Par « chance », quelques urgences ont dû être prises en charge obligeant nos chirurgiens à se rendre au bloc opératoire et permettant quelques hospitalisations. Mais où va-t-on ? », et aussi que « Ces derniers mois, et c’était une première dans l’histoire du GHER, nous avons assisté à notre grand désarroi à la fermeture d’un service complet d’hospitalisation par manque de patients. Et depuis quelques semaines, le bloc opératoire a été dans l’obligation de prendre la décision de fermer une salle de bloc opératoire par manque d’activité, mais également par manque de médecins anesthésistes, ayant pour conséquence le départ d’éléments pourtant formés et motivés. Comme d’habitude, c’est le personnel paramédical qui trinque, pendant que les vrais responsables restent tranquilles. »

Et en effet, dans le pôle Viscéral et orthopédique, 4 postes sur 10 ont été supprimés se traduisant par des redéploiements du personnel concerné ou des fins de contrats déterminés. De même au Bloc opératoire, 3 postes d’infirmières sur 10 ont subi le même sort.

Par ailleurs, la pression de l’ARS sur la direction du GHER pour diminuer sa masse salariale continue à s’exercer au prétexte de diminuer le déficit de l’établissement.

Enfin dans cette structure hospitalière publique, on constate la présence de plus en plus marquée d’opérateurs privés de santé qui tirent profit de la situation. S’il y avait suffisamment d’internes et de personnel soignant embauchés dans le secteur hospitalier public, la présence du privé ne serait pas nécessaire.

Pour la CGTR, les établissements de santé ne doivent pas se transformer en centres de résultats financiers. Il y va de la préservation de l’emploi dans les services publics et de la préservation du principe du traitement égal de tous les malades en matière de soins.

Commenter cet article