Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18H00 à 19H30, l’Union Régionale Est CGTR organise dans son local une réunion d’information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez  nombreux !

Chaque mardi, de 18H00 à 19H30, l’Union Régionale Est CGTR organise dans son local une réunion d’information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

LE COMBAT CONTINUE CONTRE LA LOI TRAVAIL

Jeudi 15 septembre, l’Intersyndicale appelait à la remobilisation contre la loi Travail après la coupure des vacances scolaires. Plusieurs dizaines de militants de la CGTR, de FO, de la FSU, de Solidaires et du Saiper se sont retrouvés devant la préfecture de Sa nt Denis et à Saint Pierre sur le front de mer pour exprimer leur rejet de cette loi qui permettra aux patrons d’exploiter avec encore moins de contraintes les salariés.

Contrairement à ce que beaucoup de commentateurs voulaient laisser croire, il ne s’agit pas d’un baroud d’honneur. La loi El Khomri va donner de nouvelles possibilités au patronat pour tenter de diminuer les jours de congés, d’allonger le temps de travail sans augmentation du salaire.

Mais, là encore, ce sera l’enjeu de nouvelles batailles à mener par les travailleurs. Et tous ceux qui, en se mobilisant contre la loi travail, ont commencé à relever la tête doivent continuer de se faire entendre et de manifester leur combativité.

C’est la meilleure façon de contribuer à préparer dès aujourd’hui la contre-offensive du monde du travail qui sera nécessaire pour faire reculer le patronat et ses serviteurs au gouvernement. Plus que jamais, cette lutte doit continuer.

SDHP : DE NOUVELLES RÉVÉLATIONS

Plusieurs articles parus ces derniers jours dans la presse laissent à penser que le dirigeant de cette société qui ne payaient pas ses cotisations sociales et fiscales pourrait avoir utilisé frauduleusement des contrats aidés réservés au secteur public et payés à 90 % par l’Etat et les collectivités locales et « aimablement » prêtés par des associations complaisantes.

Des investigations sont en cours et on devrait en savoir plus d’ici peu.

Cependant l’avenir reste incertain pour les dizaines de salarié(e)s de cette entreprise de nettoyage qui travaillait pour le compte d’organismes publics. Pour l’instant leurs derniers salaires de juillet et d’août ont fini par leur être payés, mais ils ne savent pas encore par qui ils pourraient être repris si le tribunal de commerce place leur entreprise en liquidation judiciaire. Le sort des employés des associations travaillant pour la SDHP est encore plus problématique.

On voit avec cet exemple comment les patrons utilisent tous les moyens mis à leur disposition par le gouvernement pour s’en mettre plein les poches quand leurs salarié(e)s sont réduits aux salaires de misère et à la précarité.

On voit aussi la responsabilité des grandes entreprises publiques et privées qui, au lieu d’embaucher directement des salariés pour effectuer les travaux de nettoyage, sous-traitent ces tâches aux « petites » entreprises dirigées bien souvent par des patrons véreux.

En tout cas, il n’est pas question pour la CGTR que les salariés de ces petites entreprises continuent à payer les pots cassés de cette politique de sous-traitance à tout va.

LA CAMPAGNE DANS LES TPE : UN MOYEN D’ENTRER EN CONTACT AVEC LES TRAVAILLEURS LES PLUS EXPLOITÉS

Les salariés des Très Petites Entreprises (TPE – moins de 11 salariés) seront appelés entre le 28 novembre et le 12 décembre 2016 à voter pour les syndicats. La CGTR appelle donc à voter pour la CGT. Et c’est suite à cette élection que sera déterminée la représentativité de chaque organisation. Les syndicats qui auront fait plus de 8 % des suffrages exprimés seront considérés comme représentatifs.

Cette élection a plusieurs enjeux :

Conforter et même augmenter le score fait par la CGTR lors de la première élection de ce type organisée en 2012.

Mais aussi entrer en contact avec ces travailleurs souvent isolés qui subissent la pression quotidienne de leurs employeurs et se font surexploiter parce qu’ils ne connaissent pas leurs droits par manque de contact avec le syndicat.

Dans les permanences, au travers des contacts individuels, c’est l’occasion de discuter avec eux de leur situation concrète, des problèmes qu’ils rencontrent et de la meilleure façon d’y répondre, de leur transmettre enfin les idées et les revendications de la CGT et de la CGTR en matière d’emploi, de salaires, de conditions de travail et de protection des travailleurs et de les syndiquer.

Sont concernés 59 000 travailleurs à la Réunion. La CGTR ne peut pas les ignorer et doit se faire connaître d’eux comme le syndicat qui est le plus à même de les organiser pour qu’ils puissent mieux se défendre !

IMPÔTS LOCAUX : AU PROFIT DE QUI ?

Voici la période des impôts locaux (taxes d'habitation, impôts fonciers, etc).

Ils ne cessent d'augmenter depuis des années. On nous explique que les municipalités ne peuvent pas faire autrement à cause des réductions de dotations de l'État. C'est vrai. Mais ceux qui disent cela ne vont pas au bout du raisonnement.

Pourquoi l'État est-il si pingre ? Chacun le sait, c'est pour financer le patronat. Donc, si les impôts locaux augmentent, c'est aussi parce qu'ils font vases communiquant avec les caisses patronales.

LICENCIEMENTS ET SUBVENTIONS

Hollande devrait se rendre à Florange chez ArcelorMittal. C'est là qu'avant son élection, il avait promis de tout faire pour éviter la fermeture du haut-fourneau. Une promesse qu'il n'a pas tenue, comme tant d'autres.

Maintenant, la direction d'Arcelor prépare 300 licenciements dans ce qui reste de l'usine, alors qu'elle s'était engagée à ne pas supprimer d'emplois. En contrepartie, ces trois dernières années, l'État lui a versé 25 millions d'euros, au titre du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE).

Payer pour licencier, la générosité de l'État pour les capitalistes est inépuisable.

CAC 40 : LES PROFITS COULENT À FLOT !

C’est la fête pour les 40 plus grandes entreprises françaises cotées en bourse, qui viennent de publier leurs résultats financiers pour la première partie de l’année 2016. Ce sont 42 milliards de profits, soit une augmentation de plus de 11 % par rapport à 2015, alors que dans le même temps leur chiffre d’affaires a baissé de 3 % !

La société s’enfonce dans la crise et dans la misère, mais pour les capitalistes, ça va de mieux en mieux !

Commenter cet article