Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18H00 à 19H30, l’Union Régionale Est CGTR organise dans son local une réunion d’information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez  nombreux !

Chaque mardi, de 18H00 à 19H30, l’Union Régionale Est CGTR organise dans son local une réunion d’information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

CTICS : POLITIQUE PAS « LOYALE » * ET PAS « SAINE » * DE LA DIRECTION

Au CTICS (Centre Technique Interprofessionnel de la Canne et du Sucre) on ne pressurise pas que la canne en période de campagne sucrière, mais également les ouvriers et techniciens de l’entreprise qui travaillent dans les centres de réception de la canne, dans les bureaux et sur les exploitations des planteurs.

Cette année, sous prétexte de « conjoncture moins favorable » la direction du CTICS, organisme géré paritairement par les représentants des usiniers et les syndicats des planteurs, a réduit l’effectif en moyenne d’un ouvrier saisonnier par plateforme par rapport à l’an dernier. Résultat : les ouvriers s’épuisent à la tâche, ne sachant plus où donner de la tête et s’exposent de surcroit aux accidents de travail.

C’est également le cas des techniciens qui ont tous été envoyés sur le « terrain », même ceux qui d’habitude faisaient plus un travail spécifique en bureau. Entre les enregistrements des déclarations de surfaces pour les planteurs, les conseils et contrôles divers dans les champs de cannes, etc. ces salariés sont en surcharge…de travail !

Les énormes subventions que touche le groupe Tereos et ses juteux profits pourraient permettre facilement l’embauche de main-d’œuvre supplémentaire pour alléger le travail des salariés du CTICS.

C'est ce message que nos camarades CGTR du CTICS ne vont peut-être pas tarder à faire passer, d'une façon ou d'une autre, à la direction du CTICS, même si celle-ci a toujours du mal à …réceptionner les revendications ouvrières !

* dans la charte de la « convention canne » les cannes doivent être livrées par les planteurs « saines, loyales et marchandes »

SDHP (entreprise de nettoyage de Bras Panon)

Toujours pas de nouvelle élection de représentativité programmée. Le patron se retranche derrière la décision du mandataire et du tribunal qui doivent décider de l'avenir de l'entreprise.

Le patron déclare aujourd'hui qu'il risque de passer en liquidation judiciaire (il avait été placé en redressement depuis le 3 août et ce pour une durée de trois mois), car il n'est pas à jour de ses cotisations sociales et fiscales (où est passé l'argent ?), ses comptes ont été bloqués.

Quid des salaires en retard de juillet et août ? Ceux de juillet ont enfin été payés par l'AGS, mais ceux d'août ne le sont toujours pas. Une fois de plus, l'avenir de dizaines de salariées est sur la sellette à cause de la gestion obscure d'un patron et des donneurs d'ordre qui soumettent les marchés au moindre coût.

L'OGRE CAPITALISTE N'EN A JAMAIS ASSEZ !

Altice, la maison mère du capitaliste spéculateur Patrick Drahi vient de racheter pour 2,4 milliards d'euros les 22,5 % de parts restantes qui lui échappait dans SFR.

L'étape suivante a d'ores et déjà été annoncé par Drahi, c'est la suppression de 5000 emplois parmi les employés de SFR pour lui permettre de « rentrer dans ses frais ».

La méthode utilisée par ce patron pour se hisser parmi les plus puissants opérateurs de télécommunications mondiaux consiste à racheter des entreprises en s'endettant auprès des banques, puis à faire payer la note aux travailleurs.

Le seul moyen de se protéger des licenciements et de la vie infernale imposée par Drahi et son encadrement, c'est la lutte collective des travailleurs et la grève, seules façons de calmer leur ardeur à courir après toujours plus de profits !

CONSEIL CONFÉDÉRAL CGTR

Samedi 3 septembre, le Conseil confédéral de la CGTR s'est réuni au siège du syndicat à Saint Denis en présence du secrétaire général, des responsables des unions, des fédérations et des syndicats d'entreprise.

Deux sujets étaient à l'ordre du jour : la préparation de la mobilisation du 15 septembre pour le retrait de la loi Travail et celle des élections dans les Très Petites Entreprises (TPE) en novembre/décembre de cette année.

Pour le 15 septembre, deux rassemblements sont prévus dès 8 H 30, l'un devant la préfecture de Saint Denis, l'autre à Saint Pierre au Jardin de la Plage en face du Casino Jeux.

Pour l'élection dans les TPE, l'objectif est de faire voter beaucoup plus de travailleurs qu'en 2012 où seule une minorité s'était exprimée. Les travailleurs des TPE représentent la fraction de la classe ouvrière la plus exploitée. À la Réunion, ils représentent plus de 40 % des salariés. Isolés dans de petites structures, ils se retrouvent sous la coupe directe de patrons qui bafouent régulièrement leurs droits, leur imposent les salaires les plus bas, les horaires les plus élevés sans payer leurs heures supplémentaires, et les conditions de travail les plus pénibles.

C'est pour toutes ces raisons que le vote de ces travailleurs pour la CGTR (en fait pour la CGT à laquelle la CGTR est affiliée) est important. Pour dire non à l'exploitation quotidienne, non aussi à toutes ces lois votées dernièrement par le gouvernement qui visent à démolir le peu de protections dont disposaient les travailleurs jusqu'à présent (Smic, temps de travail maximum, droit au repos, etc.).

En votant pour la CGT, les travailleurs des TPE trouveront l'appui dont ils ont besoin dans leurs luttes pour plus de justice et de dignité dans leurs entreprises.

La consigne est donnée à tous nos militants d'utiliser tous les moyens à leur portée, et surtout le contact individuel, pour se rapprocher des salariés des TPE, leur faire connaître le programme revendicatif de la CGT et ses positions, pour qu'ils comprennent l'intérêt du vote CGT .

Enfin, plusieurs camarades présents ont tenu à dénoncer les attaques perfides menées par les patrons du BTP contre 4 militants CGTR et un CFDT ayant participé activement à la grève d'avril dernier. Tous ont considéré que les demandes de sanctions pécuniaires, particulièrement élevées, de la part de ces employeurs, visaient en fait à criminaliser l'action syndicale des travailleurs, à briser les militants ouvriers et leurs organisations. Ils ont proposé à la direction de l'organisation en liaison avec la fédération CGTR du BTP, d'organiser la riposte collective et solidaire avec les camarades visés. Quand on touche à un militant, on touche à toute la CGTR, et c'est toute l'organisation qui doit se mobiliser.

DE L'ARGENT, IL Y EN A DANS LES POCHES DU PATRONAT !

Selon l'Observatoire Français des Études Économiques (OFCE), la politique menée par Valls et Hollande depuis 2012 s'est traduite par une augmentation de la pression fiscale sur les ménages de 35 milliards d'euros, tandis que celle sur les entreprises a été allégée de 20,6 milliards ce qui, explique l'OFCE, a permis aux entreprises de réaliser « des marges bénéficiaires historiques » (Les Echos du 5/9/2016) et a fait plonger le pouvoir d'achat des salariés.

Ainsi donc les hausses d' impôts infligées aux travailleurs ont permis aux capitalistes, aux banques et aux actionnaires de s'en mettre plein les poches et pas qu'un peu !

Un encouragement donc à reprendre la lutte pour des augmentations de salaires conséquentes puisque les patrons n'ont jamais été aussi riches qu'aujourd'hui !

Et avec la CGTR et la CGT, le SMIC à 1800 euros brut sans attendre !

Commenter cet article