Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18 heures à 19 heures 30, l'Union régionale Est de la CGTR organise dans son local      une réunion d'information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

Chaque mardi, de 18 heures à 19 heures 30, l'Union régionale Est de la CGTR organise dans son local une réunion d'information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

UN LICENCIEMENT DE PLUS CHEZ INCANA

 

    Chez Incana à Sainte Marie, la valse des licenciements individuels continue. Un chauffeur vient d'être récemment licencié après 13 de « bons et loyaux services » dans l'entreprise pour cause d' « absence de commandes »...

    À l'heure où les chantiers surgissent de partout et où tout usager de la route croise tous les jours une noria de camions appartenant à ce patron, on est en droit de se demander quelles sont les causes réelles et sérieuses de ce type de licenciement.

 

CHASSE AU MILITANT CGTR CHEZ eRcane

 

    À eRcane, la chasse au militant CGTR continue. La direction qui avait déjà demandé il y a un an le licenciement de notre délégué syndical et DUP pour « harcèlement » et qui avait fait choux blanc car l'Inspection du Travail de la Réunion, puis le ministère du Travail l'avaient refusé, vient de revenir à la charge en demandant à présent son licenciement pour « inaptitude ».

    La direction d'eRcane tente de se débarasser à tout prix de ce camarade militant car il la gêne en réclamant de meilleures conditions de travail et de salaire pour ses camarades ouvriers.

    L'URE CGTR l'a accompagné devant l'Inspection du Travail et dénonce avec lui les mensonges, les calculs de ce patron (filiale de Tereos) et fera tout une fois de plus pour les faire échouer.

 

NOTRE SANTÉ AVANT LEURS PROFITS 

 

    À la Clinique de la Paix de Saint Benoît, la manipulation des malades dans les chambres se fait à la force des bras pour cause d'absence de système de lève-malades... trop coûteux sans doute pour le premier opérateur privé de santé de l'île, le groupe Clinifutur !

    La conséquence de ce manque d'investissement dans des matériels adaptés et de personnel en nombre suffisant, ce sont des mal aux dos pour le personnel soignant, voire des accidents plus graves laissant des séquelles à vie et débouchant même sur des incapacités à continuer à exercer leur métier et même dans certains cas des licenciements.

    Pour les actionnaires de ce groupe qui brasse des millions, peu importe la santé des travailleurs pourvu que les profits rentrent !

    

 

PRÉCARITÉ POUR LES SALARIÉS, SÉCURITÉ POUR LES PATRONS

 

    Le gouvernement prétendait avec sa loiTravail et l'instauration d'une plus grande flexibilité des contrats de travail relancer l'emploi en France. Une étude menée par France Stratégie, un organisme rattaché à Matignon (1er ministre) prouve le contraire.

    De cette étude, il ressort que les statuts d'emplois qui amènent au chômage, les contrats à durée limitée – intérim, en particulier CDD d'usages dans certains secteurs – jouent un rôle de plus en plus important.

    Comparativement aux autres salariés, les salariés en CDI présentent un risque de transition très faible : leur probabilité de perdre leur emploi l'année suivante est de l'ordre de 2 %, contre 13 % pur un titulaire de CDD, et 22% en intérim, écrit le journal patronal Les Echos du 10 octobre dernier.

    Et le journal d'ajouter que “en 1982, le taux de conversion des CDD en CDI au bout d'un an était de un sur deux. Il était de un sur quatre entre 2003 et 2008. Pour baisser à un sur cinq depuis la crise.” Ce qui veut dire que plus les patrons embauchent en CDD et moins ces travailleurs ont de chance d'obtenir un jour un emploi permanent.

    En fait l'utilisation par le patronat des contrats précaires, généreusement aidés par l'Etat, lui sert uniquement à ajuster au plus bas le nombre de ses salariés par rapport à la masse de travail à effectuer et donc à limiter au maximum la masse salariale des entreprises pour mieux engraisser dirigeants et actionnaires.

 

 

CHÔMAGE DES JEUNES : PLUS LE GOUVERNEMENT  ARROSE LE PATRONAT, PLUS IL AUGMENTE

 

    Chaque année, l'Etat consacre 10,5 milliards d'euros en mesures d'accompagnement (30) en faveur du patronat pour qu'il embauche plus de jeunes. Pour se faire une idée, 10 milliards d'euros, c'est 400 000 emplois payés au SMIC, cotisations sociales comprises.

    Eh bien, le résultat est loin d'être au rendez-vous, comme le relève un rapport récent de la Cour des Comptes, car le pourcentage des chômeurs parmi les 18-25 ans est plus du double (23,4 %) du pourcentage moyen de chômeurs dans l'ensemble de la population en âge de travailler en métropole (10 % - à la Réunion, c'est plus de 50 %).

    Démonstration est donc faite que les cadeaux du gouvernement au patronat ne jouent aucun rôle efficace dans la résorption du chômage.

    Pour la CGTR, seule la lutte des travailleurs pour imposer les embauches nécessaires, le partage du travail entre tous, la semaine de 32 heures, la fin du surtravail dans les entreprises mettra un terme à ce fléau !

 

DROITE ET GAUCHE UNIS POUR S'EN PRENDRE AU NIVEAU DE VIE DES FONCTIONNAIRES À LA RETRAITE

 

    À partir du 1er janvier 2017, les fonctionnaires de la Réunion partant à la retraite vont voir leur sur-rémunération de 35 % baisser de 10 % chaque année pour finir par être totalement supprimée au 1er janvier  2028.

    Ils peuvent dire “Merci” à Jego, l'ex-ministre de l'Outre-Mer de Sarkozy, qui a mis au point ce projet de suppression de leur prime de vie chère à la retraite, mais aussi au gouvernement socialiste actuel qui s'est bien gardé de remettre en question la loi Jego.

    Les travailleurs concernés perdront ainsi à cause de ces politiciens plusieurs centaines d'euros par mois. 

    Entre nouveaux et anciens retraités, ce sera ... l'inégalité de traitement bien réelle ! 

 

ISF : Ils S'en mettent plein les Fouilles 

 

    La droite promet si elle est élue de supprimer l'ISF, l'Impôt sur la Fortune. Le gouvernement socialiste l'a plafonné avec pour résultat de priver les caisses de l'Etat d'un milliard de rentrées financières. 

    Un milliard que ce sont partagés 9575 richards en France.

    Démonstration est faite que droite et gauche de gouvernement n'agissent que pour permettre aux riches de devenir encore plus riches alors qu'ils imposent l'austérité à la classe ouvrière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article