Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18 heures à 19 heures 30, l'Union Régionale Est organise dans son local une réunion d'information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

Chaque mardi, de 18 heures à 19 heures 30, l'Union Régionale Est organise dans son local une réunion d'information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

CLINIQUE DE LA PAIX : CINQ SEMAINES DE GRÈVE, UNE DÉTERMINATION À TOUTE ÉPREUVE !

Il aura fallu cinq semaines de grève aux aide-soignantes, auxiliaires de vie et personnel technique de la Clinique de la Paix de Saint Benoît pour obliger la direction de Clinifutur à négocier sur leurs revendications. Cinq semaines pendant lesquelles ces travailleurs et travailleuses de la santé n'ont pas « chômé » pour se faire entendre de leur direction qui ne voulait rien savoir, mais aussi des pouvoirs publics que ce soit la préfecture, l'ARS ou les élus.

La direction de la clinique de la Paix et celle de Clinifutur n'ont cessé de rabâcher aux grévistes qu'ils n'avaient pas d'argent, qu'ils en perdaient même dans leur structure de Saint Benoît et qu'il faudrait que les travailleurs payés au Smic ou un peu au-dessus depuis des décennies se contentent de ce qui leur était donné. Les représentants de la préfecture se sont refusés eux à intervenir dans un mouvement qui concernait le secteur privé... L'Etat ne se gêne pas pourtant pour intervenir activement et massivement pour soutenir financièrement ce secteur quand il s'agit du patronat !

Propos hypocrites s'il en est ! Mais l'Etat, dans la société actuelle, sert avant tout les intérêts des puissants même si ses représentants prétendent servir la population indistinctement.

Quant à l'Agence Régionale de la Santé (ARS), elle n'est à aucun moment intervenue pour soutenir les revendications salariales des grévistes, mais plutôt pour se porter garante d'une nouvelle aide financière au patron de la Clinique pour faciliter ses prochains investissements (création d'un hôpital de jour et d'un nouveau plateau technique). Et les élus, comme d'habitude, ont été aux abonnés absents, plus habitués à servir les intérêts des patrons que des travailleurs exploités !

Les grévistes ont cependant et heureusement pu compter sur la solidarité active d'un certain nombre de travailleurs qui tenaient à leur montrer leur soutien moral et financier, sur l'appui des unions régionales est et sud, des fédérations des dockers et du commerce, et de la confédération de la CGTR.

Dans une lutte prolongée comme celle-ci, cela compte.

Les grévistes ont reçu aussi du renfort de la part de leurs collègues exploitées de la clinique de Saint Joseph faisant partie du même groupe qui sont entrées à leur tour en grève du 5 au 10 janvier et sur les mêmes revendications (salariales et de conditions de travail) que leurs camarades de la Paix. Ceci montre clairement que les revendications portées par les grévistes de la Paix concernaient un grand nombre de salariés, bien au-delà de leur établissement, car la politique des bas salaires affectent des centaines de salariés à Clinifutur... et des dizaines de milliers dans toute l'île !

Au final, les grévistes n'ont rien obtenu en matière d'augmentation des salaires.

Elles ont par contre obtenu un rappel de paiement des heures supplémentaires sur trois ans, le paiement de six jours fériés dans l'année et la récupération de 9 autres, la mise en place d'une cellule de suivi psycho-sociologique d'ici fin février et la réouverture de Négociations Annuelles Obligatoires au mois de juillet 2017.

Les heures de grève seront retirées sur les salaires sur les trois premiers mois de cette année.

Mais ce que les grévistes ont gagné, c'est d'avoir relevé la tête et tenu bon pendant un mois face à un patron de combat. Un combat mené par une équipe de grévistes soudées et déterminées.

Chapeau aux grévistes de la clinique de la Paix ! La lutte continue pour nos droits et notre dignité !

 

LE CAPITALISME : UN MONDE DE FOUS QUI NOUS ÉCRASE

La presse a fait ses gros titres dernièrement sur le fait que 8 milliardaires possèdent autant que la population mondiale. D'un côté une accumulation d'argent monumentale dans les mains de quelques individus, de l'autre des milliards d'être humains souffrant de la misère, de l'exploitation, des guerres, du manque d'eau, de logement, d'instruction.

  1. situation ne sort pas de rien. Elle est le résultat du fonctionnement, de la logique du système capitaliste basée sur l'exploitation des travailleurs par le patronat et tout ce que la planète compte d'exploiteurs. C'est à ce système que les travailleurs devront mettre fin pour que justice soit rendue à ceux qui veulent vivre de leur travail.

 

DES MILLIARDS POUR LA SPÉCULATION

Essilor, le producteur français de lunettes, et Luxotica, leader italien des lunettes haut de gamme, ont décidé de fusionner. Le nouveau groupe pèsera ainsi 46 milliards d'euros ce qui lui permettra de faire partie du top 10 des entreprises françaises du CAC 40.

Et comme cela se passe dans ce type de fusion, des « doublons » sont annoncés, plus clairement des millers de suppressions d'emploi qui permettront aux actionnaires français et italiens de réaliser entre 400 et 600 millions d'euros d'économies. De l'argent réalisé sur le dos des travailleurs du groupe qui ira directement grossir la fortune de ces super riches.

 

LE PATRONAT MÈNE LA GUERRE AU MONDE DU TRAVAIL

Le syndicat Info'Com CGT a calculé que, rien que ces dix derniers mois, 1706 procès, condamnations, poursuites et sanctions ont frappé des grévistes (d'Air France à Goodyear), des manifestants (notamment contre la loi El Khomri), des syndicalistes....

De droite comme de gauche, les politiciens prétendent que la lutte de classe, c'est du passé. Mais quand patronat, gouvernement, police et tribunaux frappent les travailleurs qui n'acceptent pas leur sort, c'est quoi ?

 

IRT, RÉGION ET ASSOCIATIONS : GABEGIE D'ARGENT PUBLIC ET SALAIRES NON VERSÉS

14 jeunes embauchés en Contrat d'Avenir pour former la troupe « Horizon Outre Mer » destinée à « faire valoir la culture réunionnaise dans l'île lors des évènements touristiques et culturels, les salons et les foires » ont décidé d'ester devant les Prud'hommes contre leur association pour non paiement de trois mois de salaire.

Embauchés en novembre 2014, au Smic (subventionné à 90 % par l'Etat et la Région !), ils se retrouvent aujourd'hui sans rémunération depuis des mois, sans convention, sans avoir eu droit à aucune formation et dans l'incapacité de contacter leurs dirigeants qui ont disparu dans la nature. Ils ont bien tenté de joindre les responsables de la Région et de l'Ile de la Réunion Tourisme (IRT), mais ces derniers préfèrent se défiler plutôt que de régler les problèmes de ces travailleurs. Certains osent même déclarer qu'ils ne sont pas au courant de l'existence de cette troupe !

Honteux !

Commenter cet article