Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par la cgtr

L’esclavage est un crime contre l’humanité

 

La décision des gouvernements français et anglais, soutenus activement par les Etats Unis et l’OTAN, celle-ci allant bien au-delà de la résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, d’envahir en 2011 la Lybie a eu pour conséquence un chaos généralisé dans cet état et d’autres de la région avec son cortège de malheurs subis par les peuples. Des gouvernements ont été totalement désintégrés et les milices et bandes mafieuses font florès. … parfois aidés par les pères la vertu et la morale.

Le déplacement forcé de populations est aujourd’hui un problème éthique majeur posé à tous. L’Union Européenne doit revoir sa politique d’immigration dans le sens d’un strict respect de la personne humaine. La conscience universelle est convoquée au nom de l’humanité au tribunal de l’Histoire.

Un malheur en fécondant d’autres, l’esclavage « resurgit » des profondeurs de la misère humaine sur fond de mondialisation capitaliste. Prédateur des richesses humaines et naturelles de la planète pour assouvir le capital, ces pays s’en allaient en guerre non pour rétablir la démocratie mais pour continuer à piller les états de la région et contrôler celle-ci.

L’exploitation de l’homme par l’homme dans sa version la plus ignoble se nourrit beaucoup de cet insatiable appétit néo colonialiste du système capitaliste.

 

Ce qui se passe en Lybie est un défi au genre humain, à l’humanité, à l’Humanisme.

 

La CGTR exige qu’immédiatement et vite (sans se cacher derrière un formalisme ou une « diplomatie arrangeante ») soit mis fin à cette ignominie et que les coupables de ce crime contre l’humanité soient sanctionnés.

 

Une forte mobilisation citoyenne doit se déployer dans tous les pays et le monde entier pour dire non à l’esclavage et combattre tout ce qui y participe.

Saint Denis le 22 novembre 2017

Ivan Hoareau

Secrétaire général de la CGTR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article