Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités CGTR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contacter l'inspection du travail

 

 

 

 

 

 

Liste des défenseurs syndicaux

 

 

 

 

 

CONVENTIONS COLLECTIVES Applicables à la Réunion

 

 

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18 heures à 19 heures 30, l'union régionale est de la CGTR organise en son local une réunion d'information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

Chaque mardi, de 18 heures à 19 heures 30, l'union régionale est de la CGTR organise en son local une réunion d'information et de discussion sur les problèmes rencontrés par les travailleurs. Venez nombreux !

 

TOUS ENSEMBLE DANS LA RUE LE 19 AVRIL !

Le 19 avril, la CGTR et la FSU appellent les travailleurs du public et les travailleurs du privé à une journée de grève et de manifestation. La CGTR relaie l’appel lancé par la CGT au niveau national.

Depuis le 15 mars, des grèves et des manifestations ont eu lieu dans toute la France et ont rassemblé des milliers de travailleurs.

Le 15, les retraités et les salariés des Ehpad se sont mobilisés respectivement contre la baisse de leurs pensions et pour de meilleures conditions de travail.

Le 22, les salariés de la fonction publique, des entreprises privées, les cheminots se sont mis en grève pour s’opposer au gouvernement qui a décidé de s’en prendre aux quelques droits qui restent aux travailleurs et de démolir bout par bout les services publics utiles à la population.

La grève des travailleurs de Carrefour en France qui se battent contre un plan de suppressions de postes, a conduit à la fermeture de plusieurs grandes surfaces lors du week-end des Pâques. Les employés de Carrefour ont montré aux actionnaires du groupe et à son PDG Bompard, qui fabrique les 360 millions d’euros de dividendes qu’ils se sont partagés sur leurs dos !

Le personnel de plusieurs hôpitaux en France et à la Réunion montent au créneau pour dénoncer les suppressions de postes et de lits et pour réclamer des moyens supplémentaires.

Ailleurs, à Air France, dans les universités, dans les lycées, la contestation à la politique du gouvernement se fait entendre.

Depuis le 3 avril, les cheminots se mobilisent massivement contre la réforme de leur statut présenté par le gouvernement et ses soutiens, comme un privilège qu’il faut abattre.

N’en déplaise à tous les journalistes et autres commentateurs qui rabâchent en longueur de temps que les cheminots n’ont aucune raison de faire grève, les cheminots se battent pour faire respecter leurs droits. Ils se battent contre le recul de leurs conditions de travail et de leurs salaires. Ils se battent également contre la précarité de l’emploi et pour l’embauche des jeunes à la SNCF. Ils se battent parce qu’il ne veulent pas se retrouver sous la coupe des capitalistes, une fois le chemin de fer privatisé.

La lutte des cheminots concerne tous les travailleurs. Car si le gouvernement l’emporte contre les cheminots, Macron se sentira les mains encore plus libres pour imposer des reculs supplémentaires à l’ensemble du monde du travail comme le lui demande le patronat.

Le 15 mars, face à la manifestation des employés des Ehpad et aux retraités Macron déclarait : « je ne sens pas de colère dans le pays .»

Eh bien, s’il ne la « sent » toujours pas, le 19 avril montrons-lui qu’il ne peut plus l’ignorer !

La CGTR et la CGT appellent à la convergence des luttes !

TOUS À LA MANIFESTATION AU PETIT MARCHÉ À SAINT-DENIS

À PARTIR DE 9H00

 

REUNION FPT À SAINT BENOÎT

Le 12 avril, nos camarades de la Fonction publique territoriale organisent une réunion avec le personnel communal de Saint Benoît à 9h00 à l’annexe municipale de la Rivière des Roches.

La situation des Atsem sommées par la municipalité de changer de poste pour devenir des agents polyvalents parce que les écoles manquent de personnel, notamment à cause de la diminution des contrats aidés, la titularisation des employés communaux toujours remis aux calendes grecques au prétexte d’absence de financements, les élections prochaines de représentativité dans la fonction publique, sont autant de sujets qui seront abordés à cette réunion.

Les travailleurs de la FPT sont aussi touchés par les attaques des gouvernements et des élus qui se succèdent et qui leur imposent précarité de l’emploi, gel des salaires, etc. et aux dépens des services à la population rendus qui se traduit par moins de moyens dans les écoles, dans les cantines ; par la dégradation des routes ; par le manque d’investissements dans les complexes de sports et de loisirs comme les MJC, les stades, etc.

Cette situation est voulue par l’État qui réduit, d’année en année, les budgets des communes qui, à leur tour, taxent la population pour tenter de renflouer les caisses.

Cette politique d’austérité a assez duré.

C’est ce qu’expliqueront les camarades de la CGTR aux travailleurs de la FPT.

GHER : OÙ SONT PASSÉS LES RTT ?

Au GHER, les personnels des services de gynécologie, de pédiatrie, de gériatrie ainsi que tous les services en 12 heures se sont vus refuser leur RTT au motif que certains cadres n’auraient pas reçu la note d’application de la direction.

La mise en place des RTT dans ces services fait suite à la grève menée par la CGTR en mars 2017, actée par un protocole d’accord et confirmée par une note de service de février 2018.

Alors, demande la CGTR, y-a-t-il « deux poids, deux mesures » à l’hôpital ?

 

 

LES PATRONS SE FORMENT POUR MIEUX NOUS RACKETTER !

La CCIR organise des séances d’information aux entreprises sur le prélèvement des impôts à la source, c’est-à-dire sur nos bulletins de salaires.

En effet, les finances publiques viennent expliquer aux patrons comment bien ponctionner une part de nos revenus pour la reverser à l’État qui reversera à son tour une partie à ces mêmes patrons….sous forme de subventions et de cadeaux divers!

Dans ces séances, les services fiscaux consacrent-ils un moment pour rappeler aux patrons qu’ils ne doivent pas « oublier » de payer leurs cotisations fiscales et sociales ?

 

C’EST DENGUE !

L’épidémie de dengue continue à s’étendre à la Réunion.

Du  mars au 1er avril, 167 cas ont été confirmé par les autorités sanitaires, portant à 745 le nombre total de malades signalés en 2018.

D’après les spécialistes, l’épidémie se poursuit dans l’ouest et le sud avec « l’émergence d’un foyer potentiel » dans le nord.

Au total depuis le début de l’année 2017, 849 cas ont été confirmés dont 34 hospitalisations.

Les services de l’État indiquent que cette épidémie pourrait s’intensifier.

C’est à se demander si tous les moyens nécessaires sont mis en œuvre par l’ARS pour éradiquer cette maladie dangereuse transmise par les moustiques ?

Va-t-on revivre les épisodes du Chikunguya où les autorités sanitaires continuaient à minimiser l’importance de l’épidémie alors que les médecins criaient alerte et que de plus en plus de malades succombaient à la maladie ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article