Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Actualités CGTR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contacter l'inspection du travail

 

 

 

 

 

 

Liste des défenseurs syndicaux

 

 

 

 

 

CONVENTIONS COLLECTIVES Applicables à la Réunion

 

 

Publié par la cgtr

Déclaration de la CGTR à l'assemblée  plénière du CESER le 15/11

DECLARATION DE LA  CGTR A L’ASSEMBLEE  PLÉNIÈRE DU CESER

Le  rapport  inscrit  à  l’ordre  du  jour  de  cette  assemblée  plénière  du  CESER  offre  une boite  à  outils  très  intéressante  pour  contribuer  à  évaluer  l’efficacité  de  l’action publique   dans   des  domaines  essentiels   de  la  société  réunionnaise  :   chômage, illettrisme,  services  publics, santé,  agriculture, éducation,  etc. La  CGTR  veut  aujourd’hui  encore  insister  sur  l’impérieuse  nécessité  d’évaluer précisément  l’efficacité  des  politiques  publiques.  Elles  engagent  des  fonds  publics considérables  généralement  orientés  vers  la  réduction  du  fléau  du  chômage.  Selon  la doctrine  libérale  au  pouvoir,  seul  le  secteur  marchand  est  créateur  d’emplois.  Les aides  publiques  vont  donc de façon générale aux  entreprises  privées. Le  rapport  préconise  notamment  «  d’utiliser  ces  indicateurs  au  cœur  d’une  politique d’évaluation,  de  réaliser  en  aval,  une  fois  le  projet  terminé  à  l’aune  de  ces  indicateurs et  en  comparant  les  impacts  réalisés  et  les  attendus  en  matière  économique,  sociale  et environnementale  ».  La  CGTR  adhère  totalement  à  cette  préconisation  trop  souvent ignorée  et  absente  de tout  processus  d’action publique. Quel   meilleur   exemple   pourrait   illustrer   cette   démarche   que   celui, emblématique,  du  Crédit  d’Impôt  pour  la  Compétitivité  et  l’Emploi  (CICE).  Il s’agit  en  effet  d’une  des  plus  grandes  gabegies  d’argent  public  de  ces  dernières années  sur  le plan social, économique et  fiscal. Le  CICE  est  entré  en  vigueur  le  1er  janvier  2013.  Son  taux  est  calculé  en  pourcentage de la masse salariale, avec un taux plus  élevé pour  l’outremer. D’après  la  loi,  «  les  entreprises  doivent  utiliser  le  CICE  pour  investir,  embaucher ou  conquérir  de  nouveaux  marchés  et  ne  doivent  pas  l’utiliser  pour  augmenter  les salaires  des  dirigeants  ou les  dividendes  des  actionnaires.  » Le  CICE  représente  une  ardoise  nationale  de  20  milliards  d’euros  par  an,  soit aujourd’hui  près  de  120  milliards.  A  La  Réunion  ce  sont  plus  de  400  millions  d’euros qui  ont  été offerts  sur  un plateau aux entreprises  privées. Chacun  de  nous  a  en  mémoire  le  Président  du  Medef  de  l’époque,  Pierre  Gattaz, multipliant  les  actions  de  communication,  arborant  son  pin’s  et  promettant  la création d’un million d’emplois  lors  d’une tournée  en France  en 2013. Aujourd’hui  où  en  sommes  nous  de  l’évaluation  de  cette  politique  publique  de  grande ampleur  ? Quels  en sont  les  résultats  ?

Selon  les  économistes  de  l’Institut  des  politiques  publiques  (IPP)  en  octobre  dernier, «  les  évaluations  du  CICE  ont  toujours  conclu  à  des  effets  mitigés  »...  «  jusqu’ici,  les évaluations  du  CICE  n’ont  pas  trouvé  d’effets  sur  l’investissement,  la  recherche  et développement  et  les  exportations.  Elles  ont  conclu  à  un  effet  positif  sur  les  marges, mais  faible et  incertain sur  l’emploi  » Personne  aujourd’hui  ne  peut  démontrer  un  effet  positif  du  CICE  sur  l’emploi et  la relance de l’économie. Ni  en France,  ni  à La  Réunion. La  CGTR  veut  mettre  un  coup  de  projecteur  sur  deux  fleurons  de  l’économie française  :- Michelin  :  330 millions  d’euros  de CICE, plan social  supprimant  620 emplois,  et  sur la même période versement  de 2,7 milliards  de dividendes  aux actionnaires  ;-  Carrefour  :  755  millions  d’euros  de  CICE,  1800  suppressions  d’emplois  et  maintien des  dividendes  élevés  versés  aux  actionnaires  malgré  une  baisse  de  200  millions  du résultat  de l’entreprise. On  peut  se  poser  légitimement  la  question  :  ou  sont  passés  les  milliards  d’argent public du CICE, sinon dans  la poche des  actionnaires  ? Alors  oui,  il  faut  évaluer  sérieusement  l’efficacité  des  politiques  publiques,  et  y associer  la conditionnalité des  aides  aux entreprises. Si  l’argent  est  détourné  des  objectifs  à  atteindre,  les  aides  publiques  doivent  être remboursées  à l’État, aux citoyens.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article