Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par la cgtr

Chaque mardi, de 18 heures à 19 h 30, l'Union Régionale Est de la CGTR organise en son local une réunion d'information et de discussion sur tous les problèmes rencontrés par les travailleurs. Nous vous attendons nombreux !

Chaque mardi, de 18 heures à 19 h 30, l'Union Régionale Est de la CGTR organise en son local une réunion d'information et de discussion sur tous les problèmes rencontrés par les travailleurs. Nous vous attendons nombreux !

Non à la fermeture des trésoreries !

 

            Suite à une fuite d'une communication interne sur le site de la Direction Générale des Finances Publiques (DGFP), on apprend que l'État a l'intention de supprimer 7 trésoreries à La Réunion, celles de  Saint-Paul, Saint-Benoît, Saint-Leu, Saint-Joseph, Sainte-Suzanne et de regrouper 3 Trésoreries de Saint-Denis en une seule.

            Conscient du mécontentement qu'une telle décision va provoquer parmi la population et au sein même du personnel des Finances, le ministère a assorti cette première mesure scandaleuse d'une seconde, celle d'orienter les contribuables vers les services municipaux.

            La réception du public était déjà problématique dans les trésoreries du fait du manque de personnel. Le transfert des tâches vers les communes ne fera qu'aggraver la situation.

            Ce projet qui doit être combattu par la population et par les fonctionnaires du Trésor pour avoir une chance d'être remisé à la poubelle, est la suite logique de la politique du gouvernement Macron/Philippe qui ne poursuit qu'un seul objectif : déshabiller les services publics pour récupérer le maximum d'argent qu'il distribuera ensuite, sans compter, aux entreprises capitalistes et aux plus riches.

            Nos camarades CGTR du Trésor Public qui ont mené de multiples actions et grèves ces dernières années contre la suppression des points d'accueil ont dénoncé cette menace imminente qui, si elle se concrétisait, affecterait les contribuables les plus démunis. Ils envisagent, pour s'y opposer, de mener des actions avec les usagers et les élus. Nous y sommes favorables.

Deux nouvelles attaques contre notre santé :

Le Copermo veut fermer de nouveaux hôpitaux de proximité

 

            Aux dernières nouvelles, le Copermo (Comité interministériel de performance et de la modernisation de l'offre de soins) renoncerait à fermer l'hôpital de Cilaos. Il faut rester sur ses gardes, car le maître mot des bureaucrates gouvernementaux et du ministère de la Santé est de faire le maximum d'économies... même au risque de mettre la vie des malades en danger.

            Les bureaucrates du Copermo ont donc fini par découvrir  que cet établissement était indispensable à la dispense minimum de soins dans cet endroit isolé et distant de plusieurs dizaines de kilomètres du CHU de Terre Sainte ! Sans doute la levée de boucliers que cette annonce de fermeture avait provoquée aussi bien dans la population cilaosienne qu'au sein même de la classe politique y a été pour quelque chose.

            Mais un recul du gouvernement étant toujours accompagné d'une autre attaque, on vient d'apprendre que l'organisme de surveillance de gestion du CHU préconisait cette fois de fermer l'hôpital de Saint Louis, mais aussi certains services de l'hôpital de Saint Joseph.

            Il est plus que temps de mettre un coup d'arrêt à cette politique de destruction des services publics.

Quand EDF entretien la précarité

 

            Le service cartographie  EDF, situé au Port, qui est chargé de l'enregistrement régulier des modifications apportées au réseau de transport du courant électrique dans l'île (indispensable pour mener les travaux d'entretien et d'études des capacités de charge du réseau) employait il y a encore quelques années une dizaines de techniciens. Leur nombre est tombé à 5 suite aux départs à la retraite ou mutations dans d'autres services... mais la charge de travail n'a pas diminué, bien au contraire !

            Comment dans ces conditions continuer à effectuer ce travail indispensable ? Eh bien la direction a trouvé « sa » solution : en embauchant des intérimaires ! Certains rempilent ainsi pour faire ce travail pérenne sur des contrats précaires depuis 18 mois. Voilà une situation pour le moins choquante pour une entreprise qui l'an dernier, et malgré ses déboires financiers dans le nucléaire, a réalisé 2,5 milliards d'euros de bénéfices au 1er semestre de cette année. À travail égal devrait correspondre salaire, primes et contrat de travail égaux. Ces travailleurs devraient être embauchés comme agents EDF.

Braquage à la poste de La Source

 

            Vendredi 2 août, les agents de la poste du quartier de La Source ont été victimes d'un braquage. Une caissière agressée a dû être transportée à l'hôpital.

            Les syndicats dont la FAPT-CGTR n'ont pas apprécié d'apprendre les faits par la presse. Ils ont dénoncé l'absence d'information au CHSCT et la lenteur de la direction à faire fermer le bureau de poste des Camélias, à proximité, comme l'exige la procédure.

            Les représentants syndicaux de La Poste pointent du doigt le manque de sécurité dans les locaux de La Poste. Selon eux, les salariés seraient de plus en livrés à eux-mêmes, surtout en période de versements des prestations sociales.

            Le personnel de la Poste ne va pas au travail pour y être agressé ou y risquer sa vie.

            La Poste doit mettre les moyens humains et financiers pour permettre aux agents de travailler en toute sécurité !

Augmentez les salaires !

 

            Le 1er août, les carburants ont augmenté (encore ! ) à La Réunion : + 4 centimes pour le sans plomb et + 3 centimes pour le gasoil.

            La préfecture qui fixe les tarif des carburants et du gaz évoque un « contexte international » défavorable.

            Tout prétexte est bon pour racketter les travailleurs !

            Mais ce contexte n'empêche pas les profits des compagnies pétrolières d'exploser. En 2018, les cinq plus importantes au niveau mondial ont totalisé plus 70 milliards d’euros de bénéfice. Les Exxon Chevron, Shell, BP et Total ont enrichi leurs actionnaires de façon insolente.

            Baisser de façon significative les prix à la pompe ne les mettrait pas sur la paille.

            Avec les augmentations de l'électricité, de l'alimentation, des loyers,etc. le pouvoir d'achat des classes populaires continuent de s'évaporer.

            Pour que les travailleurs, les chômeurs, les retraités ne se retrouvent pas réduits à la portion congrue, une seule solution : exiger les augmentations des salaires, des allocations et des pensions !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article